Vous êtes ici : Accueil Actualités SIGNATURE DE LA CONVENTION-CADRE ENTRE LE CNAM ET LE CONSEIL DE L’ORIENTAL ET DES CONVENTIONS D’APPLICATION AVEC L’UNIVERSITE MOHAMMED PREMIER ET SON ECOLE SUPERIEURE DE TECHNOLOGIE D’OUJDA

AU MAROC LE CNAM S’INTERESSE AUSSI AU DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL ET AUX BIG DATA

AU MAROC LE CNAM S’INTERESSE AUSSI AU DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL ET AUX BIG DATA

A l’occasion du dixième anniversaire de l’installation de l’Académie Hassan II des Sciences et des Techniques par Sa Majesté le Roi Mohammed VI que Dieu le Glorifie, l’Académie Hassan II des sciences et Techniques, la Confédération Générale des Entreprises du Maroc et le Service de Coopération et d’Action Culturelle près l’Ambassade de France ont organisé le 11 avril 2016 au siège de la CGEM une conférence sur le thème : « LES BIG DATA ET L’INDUSTRIE » par Emmanuel BACRY, Professeur à l’Ecole Polytechnique à Paris.

Dans sa conférence ce dernier a souligné que durant la dernière décennie, le monde a constaté une profusion et une explosion des données disponibles dans de larges domaines d’applications, entrainant de nouveaux challenges et opportunités pour la science. La « Science des données » (ou plus communément le « Big Data »), apparait aujourd’hui comme une réponse majeure à de très nombreuses problématiques, qu’elles soient entrepreneuriales, institutionnelles ou gouvernementales. Dans son exposé et à travers de très nombreux exemples, il a dessiné les contours de cette discipline et présenté les nouveaux enjeux scientifiques et sociétaux qui en découlent. Il a présenté aussi les différentes actions et collaborations menées par l’Ecole Polytechnique dans le cadre de son Initiative « Data Science ».

- Les difficultés du Big Data sont : l’extraction des données, la rapidité du traitement car elles sont évolutives, la variété des données et leur volume (acquisition, stockage, nettoyage…), et le choix du bon algorithme.

-Il est utilisé dans la publicité (vente comme achat), le médical (CNAMTS), le sécuritaire, mais demande du matériel de traitement ultra performant, donc couteux pour des opérations menées par des mathématiciens/ informaticiens avec une approche à la fois scientifique et d’entreprises.

Chiffres clés

1 000 000 anciens élèves en activité

100 000 élèves inscrits chaque année

10 000 intervenants issus de l’entreprise ou
du monde académique

Partenaires